Samedi noir

On le savait depuis des semaines, ce samedi serait un samedi noir. On aurait bien voulu ne pas prendre la route mais pourtant il le faut. Bien des parents, familles monoparentales, familles recomposées ont chargé leur voiture. Le cœur au bord des yeux, c’était le grand départ.

Cette grande farandole se produit une fois par an… et c’est toujours aussi difficile.

On charge la voiture, on dit au revoir aux grands parents qui sont tout aussi tristes et on prend la route, tôt, très tôt. Pour essayer de ne pas rentrer trop tard. Forcément, quelques minutes après, tout le monde s’endort. On en profite pour verser une petite larme discrète et on roule. Les bouchons on s’en fout pas mal, on était prévenu, le plus compliqué c’est ce moment qui se rapproche, le vrai grand départ.

On y est, on se gare, sur un parking presque vide, les enfants changent de voiture, comme de vulgaires marchandises. N’oublions pas les valises, les doudous et quelques préconisations pour les médicaments. Un bisou, un câlin et un « vous allez me manquer ». C’est bref, un peu brutal, et on ne s’y prépare jamais assez.
Ce samedi noir c’est un peu ma bête noire. Pourtant chaque année il est là, comme écrit noir sur blanc.

samedinoir

Alors forcément vous me direz ! Si dans le sens des départs c’est noir, pour les retours, pour leurs autres parents, c’est rouge. Rouge comme l’amour… oui, mais même si je souhaite à ma petite Marmotte de bien profiter de sa maman, c’est vrai que, là, tout de suite, ce mois me semble bien long.

Une grosse pensée à tous ceux qui comme moi ont laissé leur(s) enfant(s) aujourd’hui. Et beaucoup de bonheur pour ceux qui les ont récupéré !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Août03

4 réponses à “Samedi noir”

  1. Douces pensées pour vous tous…

  2. Laure Nages dit:
    03/08/2014 à 12:53

    C’est si bien dit…
    J’espère ne jamais avoir à subir ce genre de longue séparation !
    Courage, c’est le moment de faire tout ce qu’on ne peut pas faire avec les enfants au milieu !
    Dans la limite du raisonnable bien sûr !

  3. Marcus D dit:
    04/05/2015 à 06:44

    Je comprends tout à fait ta réaction, car je ressens la même chose à chaque fois que mes gosses passent quelques jours ailleurs qu’à la maison.

  4. Chantal dit:
    11/12/2015 à 01:01

    Je te comprends. J’aimerais ajouter que c’est difficile pour l’enfant également… Je suis bien placée pour le savoir, parce que mes parents étaient eux aussi séparés.

Laisser une réponse